Santé 2.0 Hopital

Publié le 19 octobre 2015 | Par Laurent Mignon

0

Twitter, le nouveau logiciel de gestion des urgences

L’usage des médias sociaux en santé ne cesse d’évoluer : meilleure connaissance du vécu des patients, échanges entre pairs, littératie en santé, éducation thérapeutique du patient… et santé publique bien évidemment comme l’a démontré Google Flu Trends et son modèle prédictif de propagation de l’épidémie de grippe.

Mais peut-on aller plus loin et utiliser ceux-ci pour piloter, ou améliorer le pilotage, au quotidien le système de santé ? Oui, si l’on en croit une étude menée par l’Université de l’Arizona qui a développé un modèle prédictif des venues aux urgences un jour donné en se basant sur Twitter.

L’asthme, une première étape pour valider le modèle

L’étude, conduite par Sudha Ram, professeur de management des systèmes d’information à l’Université d’Arizona, consistait à développer un modèle mathématique permettant de prévoir le nombre de personnes qui viendraient, un jour donné, consulté un hôpital de Dallas pour une crise d’asthme.

Pour cela, l’équipe de recherche a mixé différentes informations durant trois mois :

  • recueil de la qualité de l’air avec des capteurs environnementaux à proximité de l’hôpital,
  • analyse de millions de tweets sur la base mots-clés tels que asthme, inhalateur…
  • exploration du texte des tweets selon la localisation de l’émetteur corrélée avec la provenance habituelle des patients de l’hôpital déterminée par l’analyse des dossiers médicaux.

Le modèle a permis de démontrer que, bien évidemment, les mesures de qualité de l’air sont corrélées aux admissions aux urgences, mais que le nombre de tweets est également corrélé à ces mêmes admissions.

Sur la base de cette corrélation, ils ont développé un modèle prédictif permettant, à 75 %, de déterminé si les urgences devaient s’attendre à un nombre d’admissions élevé, moyen ou faible un jour donné.

Pour Sudha Ram, ce modèle, fondé sur l’asthme, est une première étape et elle espère pouvoir l’affiner et l’étendre à d’autres pathologies chroniques afin d’améliorer la prise en charge des patients.

Imaginons que demain, l’AP-HP dispose, à l’échelle de la région Ile-de-France, d’un tel modèle… Pensez-vous que la gestion des urgences en serait améliorée ?

Tags: , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Co-fondateur et directeur de LauMa communication, la e-santé m'interpelle depuis quelques années. J'essaie d'y contribuer en favorisant la diffusion de l'information et en m'impliquant dans des associations telle que Le Lab e-Santé (Isidore Internet et Santé), en tant que membre de la commission service du pôle de compétitivité Cap Digital ou en qualité de Délégué général de France eHealthTech, l'association regroupant les startups de la e-santé.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page ↑