IoT Santé Lumo Lift, le dernier né des capteurs qui veille sur votre dos

Publié le 1 mai 2015 | Par Laurent Mignon

0

Santé connectée et travail, l’autre monde du BYOD ?

Peut-on réconcilier la médecine du travail et la santé connectée ? Une question que nous nous devions de poser en ce 1er mai, fête du Travail oblige.

ViSafe_dorsaViOui, selon la FDA qui vient d’approuver un dispositif connecté, le ViSafe de dorsaVi. Ce dispositif est un tracker d’activité ou plutôt de posture qui va enregistrer les différents mouvements et positions sur le lieu de travail.

Sur la base de ces données, l’application ViSafe fait alors une série de recommandations afin d’améliorer les mouvements, éviter d’en faire certains et ainsi limiter les troubles troubles musculo-squelettiques (TMS).

Applications mobiles et objets connectés pour lutter contre les TMS

Sans aller aussi loin que la FDA (à quand un dispositif de ce type reconnu en France…), depuis plusieurs mois, différentes applications mobiles pour iOs ou Android sont disponibles sur les stores français afin de lutter contre le mal de dos :

  1. Mal de dos : soulager et prévenir la douleur avec Doctissimo
    Payante (1,99 € sur iTunes), cette application s’intéresse aux postures quotidiennes à la maison, pendant les trajets et, bien évidemment, au bureau. Après un test pour évaluer la façon dont vous sollicitez votre dos, l’application propose des séances de coaching dédiées à votre environnement.
    À noter, ces séances ont été développées sur la base de la méthode de François Stévignon, kinésithérapeute et ostéopathe. Ainsi le module “coaching bureau”, est destiné à vous aider à mieux profiter de votre matériel et mobilier ergonomique au travail.
  2. Doado, le compagnon de votre dos sur votre smartphone
    Uniquement disponible sur Android, Doado a été développé par François Ripoll, kinésithérapeute spécialiste de la colonne vertébrale au Centre Aquitain du Dos (service de chirurgie de la colonne), Alexandre Spriet, ingénieur de recherche en informatique et cognitique et Hadia Mekouar, spécialiste e-santé.
    Doado propose une évaluation quotidienne de la douleur accessible à tout instant. Cette évaluation permet de voir le bon rétablissement ou un signe de récidive ou encore de diminuer le stress du patient… Eh oui, du patient car Doado est d’abord une application destinée à la prise en charge post chirurgie orthopédique, même si elle s’adresse à tous.

Du côté des objets connectés, différents capteurs sont également achetables en ligne :

  1. Lumo Lift, la nouvelle génération d’objets connectés pour lutter contre le mal de dos
    Lumo Bodytech avait déjà lancé le Lumo Back, une ceinture connectée destinée à étudier votre posture et vous aider à la corriger. Avec le Lumo Lift, cette société californienne aborde le même principe en le couplant à un tracker d’activité (nombre de pas par jour) et un compteur de calories brulées.
    Mais surtout, le Lumo Lift est beaucoup plus petit que le Lumo Back et peut donc être porté en toute circonstance. Il s’accroche à vos vêtements via un aimant et détecte votre posture. Si vous ne vous tenez pas bien, le capteur vibre discrètement pour vous rappeler à l’ordre.
  2. Prana, il surveille votre posture et votre respiration
    Prana_App
    Venu également de Californie, ce capteur connecté, de la taille d’une pièce de monnaie, est lié à l’idée que de bonnes habitudes permettent de lutter contre le stress, les maux de dos et permettent aussi d’améliorer sa concentration. Pour cela, il analyse non seulement la posture, mais également la respiration de la personne qui le porte puis, propose des exercices de respiration afin d’améliorer celle-ci.

La santé connectée au travail, bientôt une réalité en France ?

Sachant que le coût direct moyen des TMS par an et par salarié, que celui-ci soit ou non touché par un TMS, a été évalué par l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de travail)  entre 100 à 500 € et que les coûts indirects représentent2 à 7 fois les coûts directs, la question n’est pas peut-on utiliser la santé connectée au bénéfice de la santé au travail en France, mais quand et comment ?

Si les grands groupes – 30 % des effectifs salariés en France – peuvent s’emparer facilement de la santé connectée pour déployer des solutions à destination de leurs salariés, qu’en est-il pour les ETI, PME et les TPE ? Les prévoyances et autres complémentaires santé vont-elles s’emparer de la médecine du travail connectée afin de limiter les TMS ?

À l’heure actuelle, rien ne semble réellement bouger en ce domaine. Donc, si la santé, votre santé, au travail vous intéresse la solution pour encore quelque temps est celle du BYOD : emmener vos propres capteurs sur votre lieu de travail !

Tags: , ,


A propos de l'auteur

Co-fondateur et directeur de LauMa communication, la e-santé m'interpelle depuis quelques années. J'essaie d'y contribuer en favorisant la diffusion de l'information et en m'impliquant dans des associations telle que Le Lab e-Santé (Isidore Internet et Santé), en tant que membre de la commission service du pôle de compétitivité Cap Digital ou en qualité de Délégué général de France eHealthTech, l'association regroupant les startups de la e-santé.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page ↑