Santé mobile Applications mobiles de santé destinées au diabète sur iTunes

Publié le 11 mai 2015 | Par Laurent Mignon

1

Applications mobiles de santé : la qualité a-t-elle un prix ?

98 000 applications de santé et de bien-être répertoriées fin 2012 sur Google Play et iTunes. Certainement plus de 120 000 aujourd’hui. Comment peut-on naviguer dans ce dédale de la santé mobile et surtout la qualité a-t-elle un prix ? Autrement dit, est-il préférable de faire confiance à une application payante ou à une application gratuite ?

Éléments de réponse avec la revue Preventing Chronic Disease

Le volume 12, paru le 7 mai dernier, de Preventing Chronic Disease, une revue éditée par le CDC (Centers for Diseas Control and Prevention) met en avant une étude réalisée par différents universitaires américains sur la relation existant entre le prix d’une application mobile destinée aux personnes diabétiques et sa qualité[1].

La réponse semble sans appel. Sur l’échantillon aléatoire de 110 applications mobiles (dont 69 % de gratuites) étudiée, la qualité de l’application, en matière de littératie et de fonctionnalité, est directement corrélée au fait quelle soit payante.

Pour les auteurs, cela tient certainement au fait que les éditeurs ou développeurs des applications payantes se sont penchés sur les attentes des utilisateurs – focus groupe, panel… ? – pour identifier les fonctionnalités et l’ergonomie à mettre en place.

Un exemple à suivre ? Certainement puisque le patient est encore la ressource la moins utilisée du système de santé et pourtant, en santé mobile comme ailleurs, ce sont eux qui définissent l’usage.

 

[1] Caburnay CA, Graff K, Harris JK, McQueen A, Smith M, Fairchild M, et al. Evaluating Diabetes Mobile Applications for Health Literate Designs and Functionality, 2014. Prev Chronic Dis 2015;12:140433

Tags: , ,


A propos de l'auteur

Co-fondateur et directeur de LauMa communication, la e-santé m'interpelle depuis quelques années. J'essaie d'y contribuer en favorisant la diffusion de l'information et en m'impliquant dans des associations telle que Le Lab e-Santé (Isidore Internet et Santé), en tant que membre de la commission service du pôle de compétitivité Cap Digital ou en qualité de Délégué général de France eHealthTech, l'association regroupant les startups de la e-santé.



One Response to Applications mobiles de santé : la qualité a-t-elle un prix ?

  1. Jose says:

    Et comme il y a toujours des contre-exemples je me pemets de signaler l’application Gluci-chek (Roche Diabetes Care) qui en France obtient de très hauts scores sur dmdpost… tout en étant gratuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page ↑